Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

10 décembre 2008 3 10 /12 /décembre /2008 16:24
Le lundi 15 décembre 2008 de 19h30 à 21h30, cette dernière rencontre sera l'occasion d'une discussion sur la question suivante:
« Diriger un théâtre ou être responsable d'un festival: l'aboutissement d'une carrière théâtrale? »

Accès gratuit pour tous les publics. Interprété en Langues des Signes Française. Présence d’une boucle magnétique.

Rencontres animées par Stéphanie Sauthon avec Gilberte Tsaï, directrice du Nouveau Théâtre de Montreuil (Ariane Mnouchkine étant en déplacement au Brésil)

Le directeur /la directrice de théâtre :
Des personnages de l’histoire théâtrale et culturelle ont exercé ce  métier tel Jean Vilar ou Jacques Copeau et ont marqué des lieux de leur passage : les théâtres qui restent dans les annales sont souvent ceux qui ont été menés par une personnalité marquante du théâtre !
Le dirigeant d’un théâtre est toujours celui qui fait les choix de la programmation, qui crée l’esprit du lieu et veille au maintien ou à l’amélioration de sa réputation. Mais de plus en plus, il est aussi le gestionnaire financier et administratif du lieu.
Quelle évolution peut-on observer entre Jean Vilar et un directeur de CDN actuel ?

Le/la responsable de Festival de théâtre :
Aujourd'hui on ne peut plus parler de théâtre sans parler de festivals : Festival d’Avignon, Nuits de Fourvière, Festival d’Automne, Quartiers Libres… Évènements phares, les festivals de théâtre sont des moments intenses pour les professionnels comme pour les amateurs.
Un responsable de festival se doit d’être partout à la fois, de connaître voire prédire les tendances de la programmation. Il doit maîtriser les concepts de marketing, les recherches de financements, la gestion budgétaire et humaine, fédérer les publics. Autant de compétences à acquérir ou à réunir pour faire que l’aventure soit une réussite.
Quel parcours conduit à cette fonction de haute responsabilité ?

Pour tout renseignement : 01 42 74 17 87
maria.regardenfrance@orange.fr

MPAA, Auditorium Saint-Germain, 4 rue Félibien, 75006 Paris.
Métro : Mabillon (ligne 10) / Odéon (Ligne 4 et 10)
Bus : 70, 96, N12, N13.
Vélib’ : 6022 (17 rue Lobineau), 6028 (6 rue des Quatre Vents).

Partager cet article

Repost0
9 décembre 2008 2 09 /12 /décembre /2008 18:27

SMOKING OR NOT SMOKING ?


Après un documentaire et un livre, Thomas Bidegain monte sur scène avec ce sujet sur l’arrêt de la cigarette et conséquences. La prestation scénique ne sert pas toujours le très bon texte, l’auteur n’étant pas comédien, ce qui se sent et se voit. Un spectacle doté d’un énorme potentiel mais qui nécessite quelques gros réglages.


La cigarette, symbole de virilité chez Bogart, de sensualité chez Baccall, de drogue chez Gainsbourg. L’art de la tenir, la manière de la fumer, les mille et une façon de tirer dessus et d’en exhaler les volutes. Prolongement de la main chez Marlène, torture des bronches pour les gamins hauts comme trois pommes des films d’Yves Robert. La cibiche, la clope, la sucette à cancer, la sèche, la tige… Mais quand on décide d’en découdre avec cette brodeuse de linceul sept ans avant l’heure ? Car arrêter de fumer, c’est sept ans de vie de gagnés. Certes mais sept ans situés où dans la vie ? A la fin, quand on n’est plus qu’un vieillard cacochyme ? A quoi bon alors ?



Des formules géniales


Thomas Bidegain a dressé un état des lieux d’une féroce drôlerie sur ce fameux « Demain j’arrête » et tout ce qu’il induit de souffrances, de privations, de substituts qu’il faut trouver pour ne pas se cogner la tête contre les murs ou emplafonner le premier qui vous regardera de travers. Mais ce texte bourré de formules géniales (« Si on n’allume pas une clope, comment on sait que le repas est terminé ? », « Demain j’arrête, c’est « aujourd’hui je continue ») sert aussi de tremplin à une analyse fine et intelligente sur le monde et ses incongruités avec un grand renfort de références au septième art.

Le potentiel de ce texte sur une scène est énorme. Thomas Bidegain n’est pas comédien et c’est donc davantage à une lecture qu’à un one-man show qu’il convie son public. La prestation est honorable, drôle, la bonhomie naturelle de l’intervenant jouant grandement en sa faveur. Mais il ne fait pas le moindre doute qu’avec un peu plus d’aisance sur scène voire un vrai comédien (ou une comédienne, ce qui serait peut-être encore plus drôle), ce spectacle ferait un véritable tabac !

 

Franck BORTELLE (Montreux)


Arrêter de fumer tue

De et avec Thomas Bidegain

Vu au théâtre de Vevey dans le cadre du Festival du Rire de Montreux

A la Comédie des trois Bornes, 32 rue des 3 Bornes, 75011 Paris (Métro : Parmentier ou Couronnes), tous les dimanches à 19 heures jusqu’au 25 décembre.

Durée : 1h10



Photo Franck BORTELLE

Partager cet article

Repost0
9 décembre 2008 2 09 /12 /décembre /2008 15:22

THEATRE ET POUVOIR EN QUESTIONNEMENT

 

Le Forum du Théâtre Européen qui se tiendra du 11 au 14 décembre prochain à Nice, présidé par Jorge Semprun, auteur, scénariste et ancien ministre de la culture en Espagne, aura pour thématique « le théâtre et le pouvoir ».

 

Quatre jours riches en rencontres, débats et colloques tenteront de mieux cerner cette relation éternellement difficile entre le Prince et l’Artiste. De nombreux hommes politiques, comédiens, metteurs en scène de théâtres, cinéastes, philosophes, journalistes et critiques de toutes nationalités confondues dresseront l’état des lieux du théâtre en Europe et proposeront des éléments de réponses à ces trois questions principales : « Quel est le rapport entre pouvoir politique et théâtre ? Pensez-vous que le théâtre trouve de nouvelles formes, de nouveaux territoires, de nouveaux publics ? Quel est l’élément qui vous semble le plus important dans le constat que vous faites et pourquoi ? »

 

Le Forum présentera également une programmation inédite de spectacles étonnants et novateurs provenant d’Afrique, d’Océanie ou d’Amérique dans le cadre des soirées du forum.

 

A l’issue de la manifestation, deux livres (un en français, l’autre en anglais) rendant compte de la situation du théâtre en Europe seront publiés par les Editions Actes Sud.

 

Ruedutheatre sera présent pour couvrir cet événement.

 

Laetitia HEURTEAU (Paris)

 

 

Forum du Théâtre européen, du 11 au 14 décembre 2008

 

Centre Dramatique National Nice Côte d’Azur

Promenade des Arts

06300 Nice

 

Tel : 04 93 13 90 90

Fax : 04 93 13 7960


Programme:

 

Ouverture
Jeudi 11 décembre à 15h
Conférence de Bernard Henri Lévy synthétisant les rapports de 33 journalistes européens sur le théâtre.

 
Table Ronde n°1
Le politique et le théâtre
Vendredi 12 décembre de 10 h à 13 h
 
 
• Historique de la relation entre pouvoir et théâtre
• Evolution de la notion de pouvoir
• Evolution à l'Ouest et à l'Est de l'Europe
• Transformation, dégradation et errances affectant cette relation
 
Modérateur : Denis Olivennes (France), Directeur du Nouvel Observateur
Rapporteur : Stéphane Gilbart (France), journaliste au Luxemburger Wort
 
Intervenants préalables :
Emmanuel Wallon (France), Professeur à Paris X
Juan Carlos Marset (Espagne), Directeur de l’Institut National des Arts Scéniques et de la Musique
Marek Halter (France), Ecrivain
Geert Sels (Belgique), Critique théâtral au Standaard
Helena Demakova (Lettonie), Ministre de la culture

 
Table Ronde n°2
Regard des hommes de théâtre sur le politique et des hommes politiques sur le théâtre
Vendredi 12 décembre de 15 h à 18 h
 
 
• 4 témoignages d'artistes de théâtre qui sont devenus des “politiques”
• Le théâtre politique aujourd'hui
 
Modérateur : Peter von Becker (Allemagne), Critique culture à Der Tagesspiegel
Rapporteur : Marina Davydova (Russie), Critique théâtral des Izvestia, Directrice artistique du NET-festival
 
Intervenants préalables :
Ion Caramitru (Roumanie), Metteur en scène, ancien Ministre de la Culture
Michel Dubois (France), Metteur en scène, Adjoint au maire de Caen chargé de la culture
Sophie Duez (France), Comédienne, Conseillère municipale Nice
François Berléand (France), Comédien
Jacques Toubon (France), Député européen, Ancien Ministre de la Culture
Henrik Toremark (Suède), Secrétaire d’Etat à la Culture
Jacques Delcuvellerie (Belgique), Metteur en scène
Léo Bassi (Espagne), Metteur en scène et comédien

 
Table Ronde n°3 
Les nouveaux pouvoirs et le nouveau théâtre
Samedi 13 décembre de 10 h à 13 h
 
 
 
• Crise de confiance entre l'homme de théâtre et l'homme politique.
• Le théâtre privé.
• Le nouvel argent du privé : un danger pour la liberté du théâtre ?
 
Modérateur : Staffan Valdemar Holm (Suède), Metteur en scène, Directeur du Dramaten de Stockholm
Rapporteur : François Marthouret (France), Comédien
 
Intervenants préalables :
Daniel Sibony (France), Psychanalyste, Ecrivain, Docteur en mathématiques et en philosophie
Torsten Mass (Allemagne), Directeur du Festival Théater der Welt
Bernard Murat (France), Metteur en scène, Comédien, Directeur du théâtre Edouard VII à Paris
Nicolas Auboyneau (France), Directeur de la culture et des événements à France Télévision
Jean Rozat (France), Directeur Général d’Arte France

 
Table ronde n°4
Les nouveaux pouvoirs du théâtre, les nouveaux pouvoirs sur le théâtre
Samedi 13 décembre de 15 h à 18 h
 
 
• Le théâtre n'a-t-il pas perdu de sa capacité de mobilisation ?
• Nouveaux territoires du théâtre.
• La question du public.
 
Modérateur : Yves Thréard (France), Directeur adjoint de la rédaction Le Figaro
Rapporteur : Georges Banu, Critique, Professeur à la Sorbonne
 
Intervenants préalables :
 
Marc Lambron (France), Critique littéraire, Ecrivain
Robert Abirached (France), Ecrivain, Critique dramatique, Historien du Théâtre
Bernard Debroux (Belgique), Fondateur de la revue Alternatives Théâtrales
Jean-Louis Martinelli (France), Metteur en scène, Directeur du Théâtre Nanterre-Amandiers
Manfred Beilharz (Allemagne), Président de l’Institut International du Théâtre

 
Clôture
Dimanche 14 décembre à 10h
Compte-rendu des tables rondes par les quatre rapporteurs

 

Informations et réservations sur le site du TNN : http://www.tnn.fr/

Partager cet article

Repost0
8 décembre 2008 1 08 /12 /décembre /2008 12:22
BIEN VUS !

La soirée d'ouverture du Festival a donné lieu a des sketches et numéros essentiellement visuels en hommage au cirque. Ce sont succédés sur scène des artistes aussi doués que drôles et venus de tous horizons. Un gala qui sera diffusé en 2009 sur France 4.

"Jean-Luc Barbezat fait son cirque" est le titre retenu pour le public suisse, "Marianne James chez les Helvètes" ayant été réservé pour les Français. En Suisse, Barbezat est une star, un clown qui revendique haut et fort cette noble tâche de faire rire. Pour cette soirée de gala, il n'a pas hésité à se diminuer pour augmenter son potentiel comique. Il est un monsieur Loyal pitoyable ne cherchant qu'à s'améliorer dans la nullité pour mettre en valeur ses invités. Pour ce faire, il va jusqu'à faire appel à un coach passablement frappadingue. Les numéros auxquels les deux duettistes vont se livrer vont faire mouche à tous les coups dans un déluge de cascades et de chutes, de roulades et de facéties que vont relayer tous les artistes qui vont apparaître sur scène.


Théâtre sans animaux…

Le cirque version Barbezat se passe d'animaux. Les ligues vertueuses de protection de la gent animale n'ont pas de souci à se faire. Point de chiens savants ni d'éléphants tournant comme des dervichs sous un chapiteau. Ce sont les hommes qui font office de bestioles, comme dans ce numéro irrésistible de Cyril Casmèze dressant son partenaire à la souplesse prodigieuse lui permettant de se dandiner à quatre pattes comme le plus élégants des caniches géants. L'excellent Frédéric Recrosio s'est quant à lui fendu d'un sketch (un des rares moments textuels du spectacle) où il faisait part de ses illusions perdues sur le cirque à cause d'un frangin trop parleur. Manière habile de dire que la parole tue le rêve et que le cirque reste le grand divertissement au-délà des frontières, des religions, des ethnies et des langues. Cette universalité du cirque que le mime polonais Krosny incarna avec génie dans un extrait de son spectacle.



Faire taire Marianne James à défaut de la faire disparaître de la boite magique s'inscrivit dans cette même tendance de valoriser les effets visuels, donnant à la guest star une occasion tout de même d'un petit sketch plutôt drôle même si assez caricatural. On aura préféré sans coup férir l'inénarrable numéro du virtuose quatuor exécutant un sirtaki en grattant un peigne sur les cordes de leurs violons et violoncelle, le doux dingue Gustav Parking roi de la bricole déguisé en mouche avec un sac poubelle et deux passoires, Xavier Mortimer diablement dextre au diabolo, Eric Antoine le magicien se prenant pour un piaf et surtout les pieds dans le tapis à la moindre velléité de grand envol ou Yann Lambiel dans un numéro de ventriloquie fustigeant le futur président de la confédération suisse avec une pertinence largement compréhensible même des Français.



Et comme rien ne se fait sans musique dans le cirque, Jean-Luc Barbezat et Michèle Guigon, tous deux à la mise en scène de ce gala rondement mené, convoquèrent la fanfare de Montreux en costume local. Le spectacle fut total et les spectateurs en prirent plein les yeux !

Franck BORTELLE (Montreux)

D'autres critiques du Festival du Rire de Montreux par  Franck BORTELLE:
Krosny (Montreux)

Marianne James chez les Helvètes (Barbezat fait son cirque)

Le jeudi 4 décembre à 20h15 à l’Auditorium Stravinski de Montreux.

Diffusé en 2009 sur France 4 (date non communiquée)

Toutes les infos sur www.montreuxfestivaldurire.com

Photos : Franck BORTELLE

Partager cet article

Repost0
3 décembre 2008 3 03 /12 /décembre /2008 16:39

ILS ONT PLEIN DE  TRUCS A VOUS RIRE…


Passage obligé dans la vie d’un comique, le Festival de Montreux en attendant de célébrer son 20ème anniversaire en grandes pompes en 2009 s’apprête à ouvrir sa 19ème édition dans un déluge de personnalités venues de partout. Du 4 au 11 décembre, la bourgade suisse va avoir des choses à nous rire…

« Faire rire c’est faire oublier. Quel bienfaiteur sur la terre, qu’un distributeur d’oubli ». Victor Hugo, plus actuel que jamais à bien des égards, ne peut tomber plus juste une fois encore. L’oubli dans le rire, la belle pirouette. En ces temps de sinistrose que l’époque veut forcément maximale par les vents de mondialisation qui soufflent de partout, le seul refuge qui nous reste est peut-être bien ce « propre de l’homme » comme disait Rabelais…

Rire de tout. Rire partout. Rire sur tout mais surtout rire… Tous les ans en cette même période, les agendas de Montreux et Vevey, les deux ravissantes bourgades sises aux bords du lac Léman, sont réglés comme horloge suisse et s’apprêtent à recevoir tous les artisans du rire. Cette année, c’est sa  19ème fois que s’y déroule ce Festival du Rire tant prisé. Le programme de ces huit jours de festivités s’annonce d’une rare intensité pour la crispation convulsive des zygomatiques.


De Manu Payet à Guy Bedos


Relayé par les médias helvètes et d’ailleurs (Télévision Suisse Romande, Frane 4, France Inter entre autres), la 19ème édition de ce jeune festival va voir débouler des cohortes de comiques venus des quatre coins du monde, succédant ainsi à (liste non exhaustive) Benny Hill, Mister Bean, Danny Boon, Shirley et Dino ou encore Laurent Gerra et Pascal Légitimus qui ont ici écrit quelques belles pages de l’humour sous toutes ses formes.

Cette année, trois galas télé, deux émissions radio et de nombreux one-man shows vont se succéder, tous inédits, de l’imitateur Michaël Grégorio au sympathique Manu Payet en passant par l’indétrônable Guy Bedos ou encore un mime venu de Pologne. Un programme éclectique permettant aux artistes de se rencontrer, de se retrouver, qu’ils soient en haut de l’affiche où en train d’en escalader la glissante paroi. Un événement fédérateur qui mutualise les talents d’aujourd’hui et de demain. C’est dire s’il faut les soutenir dans leur noble tâche de nous divertir…


Franck BORTELLE (Paris)


19ème Festival du Rire de Montreux

PROGRAMME :

Jeudi 4 décembre :

11 heures : « Le Fou du roi », émission de Stéphane Bern sur France Inter en direct du Festival au Miles Davis Hall du 2M2C de Montreux

20h15 : GALA TV « Mariane James chez les Helvètes » « Barbezat fait son cirque », présenté par Jean-Luc Barbezat et Pierre Mifsud avec Mariane James, Le Quatuor, Eric Antoine, Xavier Mortimer, Gustave Parking. A l’Auditorium Stravinski du 2M2C de Montreux


Vendredi 5 décembre :

11 heures : « Le fou du roi » même lieu que la veille

19h30 : Thomas Bidegain dans « Arrêter de fumer tue » au Théâtre de Poche de la Grenette à Vevey

21 heures : Krosny. Spectacle de mime du Polonais Ireneusz Krosny à l’Espace Guinguette à Vevey


Samedi 6 décembre :

20h15 : GALA TV  « Montreux festival du rire 2008 : ce grand gars-là » présenté par Frédéric Recrosio avec entre autres Stéphane Guillon, Manu Payet, Titoff, Jean-Luc Lemoine, Marc Jolivet, Jonathan Lambert. A l’auditorium Stravinski du 2M2C de Montreux.


Dimanche 7 décembre :

Brunch à l’occasion de la répétition publique de « Suite matrimoniale » avec Brigitte Rosset au Théâtre de Poche de la Grenette de Vevey

18 heures : Le Quatuor dans « Corps à cordes » au Théâtre de Vevey

19h30 : Fabrice Eboué dans « Sur scène » au Théâtre de Poche de la Grenette de Vevey

21 heures : « Soirée Jeunes Talents » à l’Espace Guinguette de Vevey


Lundi 8 décembre :

19 heures : Michaël Gregorio dans « J’aurais voulu être un chanteur » au Thêatre de Vevey

19h30 : Régis Mailhot dans « Le Rapport Mailhot » au Théâtre de Poche de la Grenette de Vevey

21 heures : Warren Zavatta dans « One man circus show » à l’Espace Guinguette de Vevey


Mardi 9 décembre :

20h15 : GALA TV « Les Chevaliers du fiel mettent le feu à Montreux , la grande rigolade » présenté par les Chevaliers du fiel avec entre autres Tex, Gérald Dahan, Denis Maréchal, Mado la Niçoise. A l’auditorium Stravinski du 2M2C de Montreux.


Mercredi 10 décembre :

19h30 : Thomas Ngijol dans « A block ! » au Théâtre de Poche de la Grenette de Vevey

20h15 : Guy Bedos dans « Hier, aujourd’hui, demain » A l’auditorium Stravinski du 2M2C de Montreux.


Jeudi 11 décembre :

20h15 : Manu Payet à l’auditorium Stravinski du 2M2C de Montreux.

Partager cet article

Repost0
21 novembre 2008 5 21 /11 /novembre /2008 10:15
QUAND LE THEATRE DES QUATRE COINS DE LA PLANETE INTERROGE LE MONDE

Le FITA (Festival International de Théâtre Action) Rhône Alpes vit cette année sa quatrième édition, à Grenoble, toujours, mais aussi dans toute la région, de Lyon à Montélimar en passant par La Mûre ou Vienne...  Fonctionnant en biennale, l’aventure commencée en 2002 voit sa programmation évoluer au fil des rencontres avec les acteurs d’un « théâtre action» en développement : baladins professionnels venus d’ici et d’ailleurs, mais aussi protagonistes de la vie locale, sociale et culturelle. En milieu rural ou en pleine cité HLM, Laurent Poncelet, son directeur, et sa compagnie Ophélia Théâtre, cherchent avant tout à « créer du lien ». 



Et ça marche! Les partenaires, sollicités ou volontaires, sont chaque année plus nombreux à rejoindre la dynamique. Partenaires culturels d’abord, sans lesquels rien n’aurait été possible : il s’agit des directeurs des théâtres et salles des milieux ruraux, comme le Coléo à Pontcharra ou l’espace Paul Jargot à Crolles, « des gens de ma génération pour la plupart, qui donnent le même sens que moi à leur travail ».

La collaboration avec les tissus associatifs ou sociaux n’en est pas moins essentielle : ONG s’associant aux spectacles, notamment à l’occasion de la Semaine de la Solidarité Internationale, mais aussi, et surtout, centres sociaux et foyers, CHRS, MJC…  Le temps du festival, ils deviennent le lieu d’une trentaine de rencontres, en amont d’un spectacle, de la compagnie avec la population locale, souvent autour d’un repas convivial. Une façon chaleureuse et intime d’accueillir les troupes en provenance d’Haïti, du Ségénal, du Togo, du Mali, de la Côte d’Ivoire, du Burkina Faso, mais aussi de Roumanie, Italie, Belgique… Pour les membres de ces associations de quartier, de sans-papiers ou de femmes en difficulté, une subtile invitation à pénétrer les salles de spectacles qu’ils n’ont pas l’habitude de fréquenter. L’espace 600 notamment, au coeur de la cité grenobloise, dont certains habitants ne soupçonnaient même pas l’existence…


C’est notamment le cas de l’Oiseau bleu, un nid pour mères en difficulté établi à Gières, un partenaire fidèle, depuis sa rencontre avec Laurent Poncelet en 2002, alors que Mano l’éducatrice y animait un Atelier Théâtre. Il s’est depuis interrompu, la passion est restée. Il y a quelques jours, ces femmes ont accueilli la troupe de danseuses haïtiennes, « Atelier Toto B », pour un repas à la mode patchwork : tajine, gratin dauphinois et tiramisu, «à l’image de l’Oiseau bleu ! », revendiquent Férouze et Ada, suivi d’une après-midi de partage. Une trentaine de femmes réunies dans une étonnante alchimie : « on a parlé de leur façon de vivre, de leur voyage, et puis elles sont venues avec nous chercher les enfants à l’école et à la crèche ». « Je ne connaissais pas Haïti : elles nous ont dit l’histoire de leur peuple, de l’esclavage ». Et puis, comme toutes les femmes, à l’heure du café, elles ont parlé des hommes. « Elles portent un regard très dur sur les autres haïtiennes, qui font des enfants pour garder leur homme et ne se posent pas de questions ». A l’exact opposé, ces onze femmes prennent leur destin en main en même temps qu’elles s’approprient les instruments traditionnellement réservés aux hommes. « Les femmes ont pris le pouvoir!». Une «véritable leçon de vie» pour Mano et ses protégées, ravies. Une riche journée qui s’est finie en musique : une petite démonstration qui achèvera de convaincre les habitantes de l’Oiseau bleu de réserver la place pour le spectacle qu’on leur offrait, « on se débrouillera pour faire garder les enfants ».

« C’est le sens que je donne au théâtre action. Ma conception est un peu particulière : c’est trop dur de travailler sur la matière, le vécu, qu’on a ici… Même si on y revient de toute façon quand on monte Une petite entaille de Duringer. Les pièces vues pendant le FITA vont nous donner matière à discussions pendant plusieurs semaines, comme un prétexte à une ouverture au monde ». Le rendez-vous est pris les 29 et 30 pour le forum de clôture, « Théâtre et lien social ».
L’essence même du FITA Rhône Alpes s’y verra synthétisée : comme chez son grand frère belge, le théâtre action en tant qu’interrogation du monde, au croisement de regards différents, à la rencontre du public. « Jamais cependant au détriment de la forme » : pour Laurent Poncelet, le critère de programmation est avant tout artistique, l’origine des spectacles étant diverse : remarqués à Avignon ou ailleurs, par le réseau belge notamment, mais aussi pièces co-produites ou accompagnées par les partenaires, sans oublier celles des groupes parrainés par Laurent Poncelet lui-même. Les Mange cafards et les Pas très grands présentent respectivement cette année Rêve partie et Dans cinq minutes il va pleuvoir en clôture d’un Festival riche en couleurs et en émotion.

Programme complet sur :


A venir, l'interview de Laurent Poncelet (rubrique En bonne compagnie) et la critique de Le Paradoxe de l'Erika, Le destin du clandestin et Terres promises (rubrique En région).



Programme :

Jeudi 20 novembre, 20h : Rara F Exhibition, Foyer municipal de SAINT ETIENNE DE CROSSEY
Vendredi 21 novembre, 20h : Sepopo la Fleur, Théâtre Prémol à GRENOBLE
Vendredi 21 novembre, 20h30 : Hymnus, Salle Jean Vilar à CHAMBERY
Vendredi 21 novembre, 20h30 : Rara F Exhibition, Coléo à PONTCHARRA
Vendredi 21 novembre, 20h30 : Le Paradoxe de l’Erika, MJC Montplaisir à LYON
Samedi 22 novembre à 20h30 : Exils 4, Espace Paul Jargot à CROLLES
Samedi 22 novembre, 18h : SAS, Théâtre Prémol à GRENOBLE
Samedi 22 novembre, 20h30 : Hymnus, Salle de l’Oriel à VARCES
Samedi 22 novembre, 20h30 : Sepopo la Fleur, Dôme d’ALBERTVILLE
Dimanche 23 novembre, 15h : Rara F Exhibition, Cinéma Le Giono à CLELLES
Dimanche 23 novembre, 16h30 : Le Destin du Clandestin, Espace Ouvèze de PRIVAS
Lundi 24 et mardi 25 novembre : Sepopo la Fleur, Auditorium Equinoxe à LA TOUR DU PIN
Mercredi 26 novembre, 13h30 : Sepopo la Fleur, Salle polyvalente de SAINT MARCELLIN
Jeudi 27 novembre, 14h30 : Sepopo la Fleur, Salle des fêtes de VOIRON
Vendredi 28 novembre,  20h30 : Politique Qualité, MJC Abbaye de GRENOBLE
Samedi 29 novembre, 17h : Taille 32, Théâtre Prémol à GRENOBLE
Samedi 29 novembre, 20h : Rêve partie- Toutes des mères, Théâtre Prémol à GRENOBLE
Dimanche 30 novembre, 14h : Politique Qualité, Théâtre Prémol à GRENOBLE
Dimanche 30 novembre, 17h : Dans 5 minutes il va pleuvoir- Histoires d’elles, Théâtre Prémol à GRENOBLE

Partager cet article

Repost0
16 novembre 2008 7 16 /11 /novembre /2008 22:10
The French National Assembly along with President Bernard Accoyer welcame last week the Comédie-Française to celebrate the huge European « Molière’s house » tour. The barnstorming is to take place during the French presidency of the European Council. The symbolic pregnance is obvious.

Until December, 31th, France will be in the heart of the European machine, as it provides the presidency of the EU Council. From January, 1st, it will switch to the Czech Republic. Right in the middle of the very numerous events linked to this presidency, or because of the current news (the credit crunch, the Russian-Georgian war, etc.) or thanks to a scheduled programme, culture holds a significant place. This is the reason why the Comédie-Française, which has been the symbol for dramatic culture for several centuries, is going to become European during a tour which will take place in 13 EU countries.



Those countries haven’t been selected by chance.  All are EU members which, only 20 years ago, were either on the bad side of the Iron curtain or in the satellite area of the Soviet Union (The Warsaw Pact) or else among the 15 union republics. The symbol is meaningful. A symbol of enlargement to borders that could not be anticipated only 10 years ago. A symbol of unity. The 27 unions, which are a synonym for pace, trade and sharing have helped the wall fall. Nowadays, EU is at the dawn of its destiny and makes the curtain rise.

Dramatic authors Molière and Spiro Scimone are those chosen by the Comédie-Française for this tour: the French dramatic tradition and the young Italian generation, hand in hand for this event. Along with a Bulgarian stage-manager, it results in a splendid melting pot of talents, referred to by Victor Hugo in 1849 when he talked about a united Europe regardless of borders. This Europe which the center of attention on November, 4th evening at French National Assembly. Six actors from the Comédie-Française indeed indulged in an amazing text reading about united Europe, some of which were written one century before Europe became a reality in 1956. There were texts by Lamartine, the famous poet who was also, even if one forgets it, a politician and a minister. There were texts by Victor Hugo who wrote about « The United States of Europe », the single common currency and the explosion of trade borders. There were also texts by Jan Patocka, one of the greatest Czech philosophers and defenders of Europe, who was persecuted until he died in 1977, a quarter of a century before his native country joined EU.

« Les Précieuses Ridicules » and « La Festa », both comical, farcical and sometimes incongruous plays, are going to travel across Europe. Across this Europe which works, this Europe which lives, this Europe which is getting larger and larger, this Europe which is continuously being built, this Europe which is getting united. This Europe which will, no doubt about that, result in a convulsing audience during the theatricals.

Franck BORTELLE (in collaboration with Faustine AMORE)

 

La Festa
Text :  Spiro Scimone
Translated by : Valeria Tasca
Stage manager : Galin Stoev
Artistic collaboration : Antoine Oppenheim
Scenography, costumes, lights and vidéo : Saskia Louwaard and Katrijn Baeten
With Catherine Hiegel, Gérard Giroudon, Serge Bagdassarian          

 
Les Précieuses ridicules
Text :  Molière
Stage manager : Dan Jemmett assisté de Mériam Korichi
Scenography : Denis Tisseraud assisté de Camille Lacombe
Costumes : Sylvie Martin Hyszka assistée de Nathalie Saulnier
Lights : Arnaud Jung
Make-up and hairdressing : Véronique Nguyen
With Catherine Ferran, Catherine Hiegel, Michel Favory, Andrzej Seweryn, Serge Bagdassarian, Florence Janas

 

Tour
Sofia (Bulgaria), 13 and 14 november 2008, National Theater Ivan Vazov
Bucharest (Romania), 19, 20 and 21 november 2008, Odeon Theater
Warsaw (Poland), 26 and 27 november 2008, Theater Narodowy
Bratislava (Slovakia), 14 and 15 december 2008, National Theater
Budapest (Hongria), 19 and 20 december 2008, National Theater
Ljubljana (Slovenia), 7 and 8 january 2009, National Theater
Prag (Czech republic), 14 and 15 january 2009, National Theater
Gdansk (Poland), 20 and 21 january 2009, Theater Wybrzeze
Vilnius (Lituanie), 29 and 30 january 2009, National dramatic Theater
Riga (Lettonia), 3 and 4 february 2009, Theater Dailes
Tallin (Estonia), 7 and 8 february 2009, Théâtre dramatique

Partager cet article

Repost0
12 novembre 2008 3 12 /11 /novembre /2008 01:08
L’Assemblée Nationale et son président Bernard Accoyer ont accueilli la semaine dernière la Comédie Française pour célébrer la grande tournée européenne de la maison de Molière dans le cadre de la Présidence Française du Conseil de l’Union Européenne. Un événement riche de symboles.

Pour quelques semaines encore, la France assure, jusqu’au 31 décembre, la Présidence du Conseil de l’Union Européenne. Dès le 1er janvier, elle passera le flambeau à la République tchèque. Parmi les très nombreux événements liés à  cette présidence, tantôt dans le feu de l’actualité (crise financière, conflit russo-géorgien), tantôt accompagnés d’un calendrier de longue date programmé, la culture occupe une place de choix. C’est à ce titre que la Comédie Française, temple de la culture théâtrale depuis des siècles, va s’européaniser dans le cadre d’une tournée qui va la mener dans treize pays de l’Union.


Treize pays qui n’ont pas été choisis au hasard. Il s’agit exclusivement d’Etats Membres de l'UE qui, il y a encore 20 ans, se situaient du mauvais côté du rideau de fer, soit dans les pays satellites de l’Union Soviétique (le pacte de Varsovie) soit parmi les quinze Républiques de l’URSS sous la botte de Moscou. Le symbole est fort. Symbole d’élargissement à des frontières insoupçonnées il y a moins de dix ans. Symbole d’unité, aussi. L’Union des 27, fédératrice de paix, d’échanges, de partages a fait tomber les murs. Aujourd’hui, encore à l’aube de sa destinée, elle fait lever les rideaux…de théâtre.

Molière et Spiro Scimone sont les deux auteurs retenus par la Comédie Française pour cette tournée. Le symbole de la tradition théâtrale de l’Hexagone et la jeune scène italienne main dans la main pour cet événement auquel il convient d’ajouter un metteur en scène bulgare (Galin Stoev), voilà un bel exemple de fusion des talents, totalement dans l’esprit de Victor Hugo qui, dès 1849, prophétisait une Europe unique, unie, bannissant les notions de frontières. Cette Europe qui fut, le 4 novembre dernier, au cœur de la soirée en l’honneur de cette tournée, à l’Assemblée nationale, grâce à six comédiens de la Comédie française qui livrèrent une splendide lecture de textes prônant cette Union parfois plus d’un siècle avant son avènement en 1957. Des textes de Lamartine, dont les fougueux alexandrins font souvent de l’ombre au politicien et ministre qu’il fut pourtant. Des textes d’Hugo qui parla d’ « Etats-Unis d’Europe », de monnaie unique et de suppression des barrières douanières. Des textes aussi du plus grand philosophe tchèque et fervent défenseur de l’Europe, Jan Patocka, figure martyre de sévères persécutions qui eurent raison de lui en 1977, un quart de siècle avant l’entrée de son pays dans l’Union européenne.

Les Précieuses ridicules et La Festa, deux pièces résolument comiques, burlesques, vont donc sillonner l’Europe. Cette Europe qui travaille, cette Europe qui vit, cette Europe qui s’élargit, cette Europe qui se construit, cette Europe qui s’unit. Mais aussi cette Europe qui va très probablement, au cours de ces représentations, beaucoup rire...

Franck BORTELLE (Paris)


Programme de la tournée :

La Festa
De Spiro Scimone
Traduit de l’italien par Valeria Tasca
Mise en scène : Galin Stoev
Collaboration artistique : Antoine Oppenheim
Scénographie, costumes, lumières et vidéo : Saskia Louwaard et Katrijn Baeten
Avec Catherine Hiegel, Gérard Giroudon, Serge Bagdassarian           

 

Les Précieuses ridicules
De Molière
Mise en scène : Dan Jemmett assisté de Mériam Korichi
Scénographie : Denis Tisseraud assisté de Camille Lacombe
Costumes : Sylvie Martin Hyszka assistée de Nathalie Saulnier
Lumières : Arnaud Jung
Maquillages et coiffures : Véronique Nguyen
Avec Catherine Ferran, Catherine Hiegel, Michel Favory, Andrzej Seweryn, Serge Bagdassarian, Florence Janas

 
Le surtitrage du spectacle proposé par MWT et assuré par Mike Sens bénéficie du soutien de la Saison culturelle européenne (Culturesfrance) et de la délégation générale à la langue française et aux langues de France (ministère de la Culture et de la Communication)

 
Tournée, dates et lieux:
Sofia (Bulgarie), 13 et 14 novembre 2008, Théâtre national d’Ivan Vazov
Bucarest (Roumanie), 19, 20 et 21 novembre 2008, Théâtre de l’Odéon
Varsovie (Pologne), 26 et 27 novembre 2008, Théâtre Narodowy
Bratislava (Slovaquie), 14 et 15 décembre 2008, Théâtre national
Budapest (Hongrie), 19 et 20 décembre 2008, Théâtre national
Ljubljana (Slovénie), 7 et 8 janvier 2009, Théâtre national
Prague (République Tchèque), 14 et 15 janvier 2009, Théâtre national
Gdansk (Pologne), 20 et 21 janvier 2009, Théâtre Wybrzeze
Vilnius (Lituanie), 29 et 30 janvier 2009, Théâtre dramatique national
Riga (Lettonie), 3 et 4 février 2009, Théâtre Dailes
Tallin (Estonie), 7 et 8 février 2009, Théâtre dramatique

Photos : Franck BORTELLE

Partager cet article

Repost0
3 novembre 2008 1 03 /11 /novembre /2008 11:09
Jean-Michel Ribes adapte sa pièce de théâtre au cinéma. E

A l'occasion de la sortie le 19 novembre du film Musée Haut Musée bas réalisé par Jean-Michel Ribes, d’après sa pièce éponyme (publiée chez Actes Sud Babel) et de la publication aux éditions Actes Sud de son livre Mois par moi, venez rencontrer Jean-Michel Ribes :

- le mardi 4 novembre à 17h00 au forum de la FNAC de Strasbourg
Centre commercial La Maison rouge
22, place Kléber, 67080 Strasbourg
Téléphone : 08 25 02 00 20

- le jeudi 6 novembre à 18h00 à la librairie Dialogues Théâtre de Lille
34 rue de la Clef, 59000 Lille
Téléphone : 03 20 55 76 11

- le vendredi 7 novembre à 18h00 au forum de la FNAC de Bordeaux
50, rue Ste Catherine, 33000 Bordeaux
Téléphone : 08 25 02 00 20

- le mercredi 12 novembre à 17h30 au forum de la FNAC des Ternes à Paris
26-30, avenue des Ternes, 75017 Paris
Téléphone : 08 25 02 00 20

- le vendredi 14 novembre à 17h30 au forum de la FNAC de Lyon Bellecour
85, rue de la République, 69002 Lyon
Téléphone : 08 25 02 00 20

Partager cet article

Repost0
2 novembre 2008 7 02 /11 /novembre /2008 15:50

« Théâtre des amateurs. De l’écriture à la scène, quels accompagnements ? »
Les 21, 22, 23 novembre 2008, à Rennes
(théâtre de La Paillette).

Colloque national

Explorer la dimension esthétique du théâtre des amateurs à partir d’une diversité d’observations


Le colloque est l’aboutissement d’une démarche partagée depuis deux ans.

Pendant cette période, une quinzaine d’expériences de création de théâtre d’amateurs, mobilisant un accompagnement pédagogique, artistique ou technique, a été observée selon un protocole réalisé par Marie-Madeleine Mervant-Roux, Marie-Christine Bordeaux et Jean Caune.

Cette observation, menée principalement par des étudiants en études théâtrales et/ou par des amateurs membres des troupes observées, couvre actuellement tout le déroulement de l’activité théâtrale, des premières répétitions à la réception du spectacle par le public. Le colloque nous permettra de rendre compte de ces observations, de vérifier et d’approfondir les spécificités et la dimension artistique du théâtre des amateurs

Il s’agit, dans la recherche en cours, de vérifier et d’approfondir les spécificités du théâtre des amateurs (rythmes et lieux de répétitions et de représentations, répertoires, relations à la fiction et au public, processus de création…) et de travailler la question, jusqu’ici seulement effleurée :


Peut-on parler d’une dimension esthétique (et/ou artistique)
du théâtre des amateurs ?
 

Pratiquer le théâtre en amateur ou assister à une représentation théâtrale d’amateurs constituent autant d’expériences concrètes de confrontation avec des démarches artistiques. Pourtant, elles sont rarement décrites en ces termes. L’élargissement de l’activité professionnelle, la spécialisation des métiers et la survalorisation par notre société du « professionnalisme » ont peu à peu opposé le monde des professionnels et celui des amateurs dans les représentations sociales de ces activités, « l’artistique » étant souvent réservé aux professionnels et le « convivial » aux amateurs. Sur le terrain, cependant, de nombreux échanges se pratiquent. C’est à partir d’une dizaine de ces expériences communes, observées depuis un an, que nous explorerons la dimension esthétique (et/ ou artistique) du théâtre des amateurs.

Ce colloque est l’aboutissement d’une démarche partagée entre des fédérations d’éducation populaire et deux laboratoires de recherche et soutenue par les deux ministères chargés de la culture et la communication d’une part et de la santé, de la jeunesse, des sports et de la vie associative de l’autre.
La FNFR (Fédération Nationale des Foyers Ruraux) et d’autres fédérations d’éducation populaire (FNCTA : Fédération Nationale des Compagnies de Théâtre amateur et d’Animation, ADEC : Art Dramatique Expression Culture) se sont retrouvées avec deux laboratoires de recherches le GRESEC, Université de Grenoble 3 Groupe de Recherche Sur les Enjeux de la Communication et ARIAS, Atelier de Recherche sur l’Intermédialité et les Arts du Spectacle (CNRS : Centre National de la Recherche Scientifique) pour mener une réflexion sur les enjeux artistiques du théâtre des amateurs à partir de l’observation d’expériences variées. Cette réflexion s’inscrit dans le prolongement du précédent colloque sur le théâtre des amateurs mené conjointement par Théâtres en Bretagne, l’ADEC-MTA et le CNRS – LARAS : Laboratoire de Recherches sur les Arts du Spectacle en 2004 et de l’Université Rurale nationale « Théâtre d’amateurs, quels accompagnements ? » menée par la FNFR et l’ADEC 56 en 2007.

Partager cet article

Repost0

Chronique Fraîche