Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

14 juillet 2005 4 14 /07 /juillet /2005 00:00
LE POUVOIR DE FAIRE RIRE DE TOUT

 

Ce n’est pas peu dire que Pratt est un humoriste engagé. Engagé à rire et à faire rire de tout. Son style est tranchant comme le rasoir et précis comme la guillotine. Contrepoids salutaire – malgré une silhouette efflanquée dont il se gausse souvent lui-même – au bulldozer de la bêtise humaine de notre époque, Pratt ne connaît pas les tabous. Et amplifie à peine ce qu’il entend et ce qu’il voit, en observateur féroce et cynique de ses contemporains, ou, pire encore, dit tout haut ce que notre mauvaise conscience pense parfois tout bas.



En une heure seulement, Pratt dégaine ses missiles sarcastiques sur maints sujets brûlants de notre société : le couple, la maladie, la mort, la religion… Il met du gros sel sur les plaies du monde, au rang desquelles notre hypocrisie, nos renoncements, nos acceptations, nos incohérences prennent bonne place. L’actualité, notre quotidien ou le métier de comédien, sont abordés en saynètes ou en apartés, sous leurs aspects forcément horribles et dérangeants. Pratt tient son spectacle presque dans un souffle. Comme s’il fallait nous envoyer à la face en une seule et puissante déflagration tout ce qui l’empêche lui-même d’imploser. Pratt pratique beaucoup l’autodérision. Faussement outré par ses propres excès de langage qu’il joue à ne plus parfois maîtriser, sa volubilité crée l’urgence : celle de devoir comprendre autrement le monde qui nous entoure et nous faire réagir, pour agir. Il y a urgence aussi à dénoncer ce monde plein de « polissons ». Ne voyez pas de méchanceté chez Pratt. Quand Proust dit que « le théâtre, c’est voir le monde avec les yeux d’un autre », Pratt nous invite à voir le monde avec les yeux de notre lucidité refoulée. Comme Alceste le misanthrope, Pratt aime les gens et méprise les cons. De la même façon que les injustices de ce monde le font sortir de ses gonds. Pratt humoriste est encore un idéaliste, que le monde n’a pas encore totalement désabusé. Le monde est trop grave pour retenir Pratt ! Trop grave pour ne pas lire dans son inclassable sens de la satire, qui lui vaut bien des procès, à la fois un exutoire pour ses angoisses et les nôtres et un espoir de voir s’éveiller les consciences. Le monde est trop grave pour ne pas rire de tout. Salutaire l’artiste !

 


Best off du pire, de Manuel Pratt
Textes et mise en scène : Manuel Pratt
Compagnie Manuel Pratt
Théâtre de la Tache d’encre, 1 rue Tarasque • Avignon
Tél. 04 90 85 97 13
Les jours impairs à 22 h 30 – 9€ et 13 € - À noter : un tarif Rmiste : 6€

Partager cet article

Repost0

commentaires

Chronique Fraîche