Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois AprÈS Mois

Festival d'Avignon

17 décembre 2006 7 17 /12 /décembre /2006 01:04
Article publié le 24 mars 2006 à l'occasion de la sortie de son premier album en février.

LOIZEAU RARE


Il faudrait un coeur d'airain pour ne pas être sensible à l'onirisme contagieux, la musicalité transportante, l'inventivité, la variété et la sensibilité bouleversante de cette artiste hors pair qui épouse les superlatifs et ne peut que compter, plutôt tôt que tard, dans le haut du tableau des talents de demain.

Rire puis pleurer en écoutant Emily Loizeau, c'est possible. La bougresse sait trop bien nous déchirer le coeur et nous embaumer l'âme en un tournemain. Quand je l'ai écoutée la première fois lors d'un concert à Boulogne qui réunissait de jeunes talents, j'ai pensé à ce que m'a toujours dit mon père, médusé la première fois qu'il a entendu Brel à la radio, j'ai compris ce qu'on pouvait ressentir quand on découvre un(e) inconnu(e) que l'on va bientôt s'arracher.

Photo © Lisa Roze

Emily Loizeau est inclassable par sa voix, douce et assurée, ses mots mutins et matures, son style - ses styles -,  mariant nostalgie et joie de vivre,  même si des thèmes graves, la mort, omniprésente, les déceptions amoureuses, sont souvent envisagées dans un registre métaphorique, certaines chansons allant presque vers la comptine pour enfants, tandis que d'autres sont piquantes ou donnent dans l'absurde. Et que dire des mélodies si envoutantes et si pénétrantes que même mise en boucle, la lassitude n'est jamais à craindre ... Le goût de la jeune franco-anglaise pour les mélodies de Bob Dylan est très net... On pourrait avoir plus mauvaise référence. Bref, pour reprendre des mots de Brassens, "tout est bon chez elle, y'a rien à jeter, sur l'île déserte, il faut tout emporter".

Je ne sais pas choisir
entre toutes les mélodies de cette précieuse artiste qui promet un nouvel Âge d'or pour la chanson française. Les bonnes fées du talent et les rois mages, Balthazar en tête, se sont sans doute penchés sur son berçeau. En plus, elle n'est pas bégueule et du genre : je veux réussir car Je suis jalouse du succès des autres. Voila pourquoi elle nous met La folie en tête. On l'écouterait volontiers de l'Angleterre - et ses Boby(-ies) chéri(s) - à l'Autre bout du monde. Cette fille ne peut que réussir, c'est Mon petit doigt qui me le dit. En un mot, Comment dire... Emily est bien Loizeau rare que se cherche la chanson française.

Stephen BUNARD (Paris)

Emily Loizeau, L'Autre bout du monde.
La Cigale, 120 boulevard de Rochechouart, Paris 18e, le 18 décembre 2006
informations : 01 49 25 89 99

Album sorti le 28 février 2006 chez Fargo Records.
En savoir plus sur ses tournées.
Partager cet article
Repost0

commentaires

Chronique FraÎChe