Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

25 mai 2006 4 25 /05 /mai /2006 12:04
Nouvel auteur à découvrir aux éditions Théâtrales : István Tasnádi. Le jeune dramaturge hongrois de la troupe Cercle de craie du metteur en scène Arpád Schilling propose de revisiter le mythe de Phèdre sous un angle résolument psychanalytique et contemporain dans une traduction de Kristina Rády.

Phèdre, épouse de Thésée, roi d’Athènes, attend désespérément le retour de son mari, absent depuis trois ans. Elle tombe follement amoureuse de son beau-fils Hippolyte, qui la rejette.

Cette Phèdre 2005 défigurée au scalpel, est ironique et animale, absurde, comique dans son vague à l’âme, touchante dans le pitoyable. À l’intérieur  du cadre connu de la tragédie, sa versification fait exploser une langue dynamique, actuelle, souvent crue, à travers laquelle la violence sexuelle affleure. Sexe, famille, pouvoir et vengeance donnent à ce mythe si souvent repris une portée profondément actuelle. Des alexandrins argotiques hurlés par un chœur de ménagères dissèquent les secrets de l’âme humaine.

Phèdre 2005, de István Tasnádi - Editions théâtrales - mai 2006

István Tasnádi - Né à Budapest en 1970.
Ses poèmes ou critiques sont régulièrement publiés dans la presse hongroise. Il écrit aussi pour le théâtre et le cinéma. En 1996, il est l'un des membres fondateurs du Théâtre Bárka, dont il demeure le dramaturge jusqu'en 2001. Cette année-là, il devient membre la compagnie Krétakör (Cercle de craie), fondée par le metteur en scène Arpád Schilling.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Chronique Fraîche