Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois AprÈS Mois

Festival d'Avignon

23 avril 2006 7 23 /04 /avril /2006 19:55
DES FEMMES, DES FORMES ET DES CATHÉDRALES

Précipité dans un décor hors norme, qui respire l'authenticité, le spectateur glisse son modeste petit pied dans le grand monde de l'Art, en l'occurrence du maître Rodin. Paradoxe ou non, aucune pompe ni apparat dans cette mise en scène assurée par Christophe Luthringer.

Nous sommes à Meudon, dans l'atelier du sculpteur, le 12 mai 1906. Fidèle à l'histoire, la pièce est subtilement mise au goût du jour. La vie, invoquée à tous égards, Rodin la cherche, Rodin la trouve!


Crédit photo : © Julien Mingot

Incarné par un Santini qui le joue avec brio, il exalte la matière et savoure de tous ses sens les courbes de la femme, don de la nature. Cette femme, c'est Marie, son modèle. Peut être parce que le texte a jaillit de sa propre plume, Françoise Cadol semble habitée par ce rôle... jusqu'à la pointe des pieds! Double révérence! Contrastant avec la fluidité de ces deux corps, la rigidité de Rilke est frappante. C'est Steve Bedrossian, un accent allemand sous la langue, qui interprète ce rôle du secrétaire de l'artiste. Malgré son caractère dépressif, Rilke séduit Marie. Son mystérieux pouvoir? De ses doigts de poète, il sculpte les mots. Désir, séduction, caresses franches ou frivoles, arrosé d'un humour servi sans une once de vulgarité. Le jeu comme les répliques surprennent. Le sourire s'impose, le rire en sort vainqueur. Pourtant, ici, érudit ou non, on philosophe! De sa large silhouette, Rodin saisit le spectateur par la main - quelle envergure, quelle présence que ces mains!- et voici que sans crier gare, la passion conquiert tout ce qui vit. Pas un souffle, pourtant, n'émane de ces bouts de corps sculptés qui habitent la scène. Qu'importe, quelque chose respire au dedans... si l'on tend l'oreille.

Une création plastique originale, où terre, plâtre et croquis prennent vie sous les yeux du spectateur et, « si c'est bon tant mieux, sinon, à la poubelle! » Embarquer rue Mouffetard, cette sentence à l'esprit? Non! La pièce est bonne, et c'est tant mieux!

Delphine PINSON (Paris)

Rodin, tout le temps que dure le jour
De Françoise CADOL
Mise en scène Christophe LUTHRINGER
Avec :
Pierre SANTINI (Auguste Rodin)
Françoise CADOL (Marie Cabannes)
Steve BEDROSSIAN (Rainer Maria Rilke)

Théâtre Mouffetard, 73 rue Mouffetard- Paris Ve
Resa: 01 43 31 11 99
Jusqu'au 6 mai 2006, du mardi au samedi à 21h, dimanche à 15h
Partager cet article
Repost0

commentaires

Chronique FraÎChe