Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

6 juillet 2008 7 06 /07 /juillet /2008 22:48

SOUVENIRS ET CRIS ITALIENS

La scuola de Cirko Vertigo est une institution de formation professionnelle aux disciplines circassiennes, mais où les élèves apprennent les principes de la perfomance, de la danse et du théâtre. L’école a été fondée en 2003 par Chiara Bergaglio et Paolo Stratta. Elle est rattachée au FEDEC – Fédération européenne des écoles professionnelles du cirque, et elle est subventionnée par le Fond social européen. Les élèves viennent de plusieurs régions italiennes et du monde entier. Cela apporte une interaction des cultures et des mentalités qui fait évoluer diversement les techniques de la performance.

Le spectacle Nuovo Cinema Circo est le premier rendez-vous italien du Festival Teatro a Corte 08. Il voulait être une présentation des travaux de fin d’année. Bien sûr, les interprètes manquent quelquefois de précision et d’expérience. Mais leur préparation technique et leur engagement dans les acrobaties et dans l’interprétation est déjà professionnelle : ils sont à l’écoute les uns des autres et des réactions du public. La jeunesse des interprètes ajoute, peut-être, un côté un peu brut et un peu naїf, qui rapproche la mise en scène de la réalité, dans l’esprit de Pier Paolo Pasolini, qui est cité dans des images filmiques.



Nuovo Cinema Circo rend hommage au cinéma par l’interprétation d’extraits de films avec des numéros de jonglerie, d’acrobatie en vol, de danse. Le titre du spectacle cite le film Nuovo Cinema Paradiso, réalisé par Giuseppe Tornatore en 1988, qui est aussi un hommage à l’histoire du cinéma à travers celle d’une petite ville italienne.

Au début, les interprètes sont appelés par un metteur en scène, ils quittent leur place dans la salle, descendent sur le plateau et ils s’assoient pour lire un scénario, comme si on les avait appelés pour jouer un film. Sur deux toiles accrochées en haut en fond de scène les images de différents films sont projetées, alternées avec des prises en direct des actions des comédiens. Les images sont retravaillées en négatif ou colorées. Les projections des actions des interprètes sont aussi collées sur celles des films. Les personnages se filment réciproquement se passant une caméra. Des musiques appartenant au patrimoine populaire occidental accompagnent les performances, par exemple la version de Summertime de Janis Joplin ou le concert de Cologne de Keith Jarret. Le spectacle est drôle et pétillant, collage de souvenirs musicaux et cinématographiques de générations nées entre 1970 et 1990 en Italie.

Mais l’aspect le plus fort du spectacle est encore ailleurs. Deux exemples le révèlent : le premier extrait de film projeté est l’une des scènes principales du film de Marco Tullio Giordana I cento passi (Les cent pas) – 2000. Le protagoniste de cette histoire inspirée d’un événement violent du sud de l’Italie montre à son frère et compte avec lui les cent pas entre chez eux et la demeure du chef de la mafia de la ville. Dans la nuit, il crie contre le silence de la corruption. L’un des acrobates danse sur le fil, symbolisant le risque d’affronter ses propres choix de vie.

Dans une autre scène, après plusieurs virevoltes, une danseuse tombe au sol, morte. Les autres commencent à se renvoyer la responsabilité de la chute, par des gestes des mains. Tous sont innocents sauf l’infortunée, qui ne pourra plus témoigner. La scène ironise sur l’inertie italienne répandue d’accepter la corruption mafieuse au pouvoir sans protestation.
Nuovo Cinema Circo est l’un de ces spectacles qui crient par le biais du divertissement. Il envisage l’art comme une forme de résistance, et les créateurs l’enseignent aux élèves de l’école. L’art ne doit pas oublier le rire et le cri.   

 Mattia SCARPULLA (Turin)

Nuovo Cinema Circo, Scuola di Cirko Vertigo (Italie)
Dramaturgie, Paolo Stratta
Mise en scène, Luisella Tamietto
Chorégraphies, Michela Pozzi
Interprétation, Paolo Simone Benedetti, Francesca Zazzu, Elody Rouzzi, Maria Scotti, Amos Vasco Massingue, Ian Deady, Gerardo Martin Martell, Charlotte Pescayre, Chiara Sicoli, Edoardo Attili
Collaborateurs, Ewan Corsell et Nabina Abdalla Selim
Durée 60’

Jeudi 3 juillet à 20 h
Cavallerizza Reale, salle Maneggio, via Verdi n. 9   - 10124 Torino

Renseignements : www.teatroacorte.it
Sur place : Unione Culturale Franco Antonicelli
Via Cesare Battisti n.4 bis, Torino  tel. 0039 011 45 46 007 ou 0039 011 56 21 776

Partager cet article
Repost0

commentaires

Chronique Fraîche