Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois AprÈS Mois

Festival d'Avignon

23 février 2008 6 23 /02 /février /2008 07:48
"UNE VALSE À TROIS TEMPS...

Qui s'offre encore le temps de s'offrir des détours du côté de l'amour, comme c'est charmant..."
Les destins se croisent le temps d’un tango… Pas de solo possible pour les danses de salon. Partenaire d’une danse ou d’une vie, il suffit de faire un pas vers l’autre pour entrer dans la ronde. Une ronde enchanteresse à l'image du spectacle.

Les cours très particuliers de monsieur Roméo réunissent une poignée de fidèles toujours prêts à se raconter en pointillés entre deux valses. Une parenthèse enchantée où chacun laisse son quotidien au vestiaire pour chausser ses souliers de danse et revêtir une identité façonnée sous le prisme de ses fantasmes. Chacun se raconte ses rêves et oublie ses peines le temps d’une danse.

heloise-Emmanuel-Robert-Espalieu.jpg
Sérafina et Ramos, couple à la vie et à la danse qui préparent un concours pour mettre le passé en sourdine. Aristide Bénard, qui s’invente une vie de prof de français alors que la réalité l’a fait chauffeur livreur. Madame Delat, en quête de particule perdue qui prépare le mariage d’une fille qui n’existe pas plus que son talent pour la valse. Monsieur Roméo les connaît bien et accepte leurs petits mensonges sans ciller. Ce monde imaginaire s’anime le temps d’une danse avant de retrouver la solitude d’une salle vide. Car si l’enseigne affiche Héloïse et Roméo, Héloïse est la grande absente de la scène. Chacun y va de sa petite anecdote pour tenter de tisser le canevas de l’histoire de monsieur Roméo et de percer le mystère d’Héloïse. Et puis un jour, Mona, discrète comme un papillon qui n’arrive pas à déployer ses ailes, va pousser les portes du cours avec toute sa maladresse charmante et son envie d’apprendre. Une rencontre qui va rassembler deux solitudes… Deux partenaires qui vont se découvrir des points communs dans l’ombre d’Héloïse qui gardera sa part de mystère.

Sur un air de Mambo…


La pièce porte le nom d’un personnage absent qui apparaît par bribes, racontées comme un puzzle dont il manque la pièce centrale. Le spectateur se demande sans cesse quand Héloïse va surgir. Elle intrigue et tisse le fil de l’histoire en filigrane. Le personnage de Mona mène l’enquête pour remonter l’histoire d’une Héloïse fantasmée par chacun.

A côté d’un Roméo, professeur omniscient et bienveillant (Rufus), gravitent des personnages riches en couleur et tout en fantaisie. Le couple Sérafina (Agathe Natanson) et Ramos (Bernard Alane) ouvre le bal d’effervescence de couple dans un mambo endiablé. Aristide Bénard (Laurent Gendron) pimente son rock d’un univers déjanté. Madame Delat (Isabelle Spade) s’accorde une valse qui rehausse ses bonnes manières. Chacun a sa danse et son rythme qui vibre parfois à l’unisson des autres partenaires.  Difficile de ne pas se laisser entraîner au son des rythmes frénétiques qui agitent la pièce de bout en bout. Les dialogues sont aussi fluides que la danse. Les scènes sont entrecoupées de démonstrations. Valse, tango, mambo, la scène se transforme en salle de danse où les glaces encadrent les apprentis danseurs. Les comédiens s’amusent et nous font la démonstration de leur talent dansé.

Une pièce sous le signe du plaisir mais aussi de l’émotion. Derrière la danse se cache des histoires et des déceptions. Mélanie Bernier apporte sa fraîcheur et donne à son personnage un caractère angélique qui séduit la salle quand elle esquisse quelques pas de danse. Son duo avec Rufus illumine le texte de Patrick Cauvin.

Ange LISE (Paris)

De Patrick Cauvin
Mise en scène de Patrice Leconte
Avec Rufus, Mélanie Bernier, Bernard Alane, Laurent Gendron, Isabelle Spade Agathe Natanson,
Au théâtre de l’Atelier, 01, place Charles Dullin, 75018
Du mardi au samedi à 21h, matinée le samedi et dimanche à 16h
Du 24 janvier au 29 juin 2008
Réservations : 01 46 06 49 24

Photo © E. Robert-Espalieu

Partager cet article
Repost0

commentaires

Chronique FraÎChe