Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

7 août 2007 2 07 /08 /août /2007 10:40
LA MORT N'EST PAS UNE FIN CONVENABLE

A Vitry-sur-Seine, le théâtre ce n'est pas que pour les adultes. Pendant le festival Nous n'irons pas à Avignon les enfants ne sont pas en reste. Avec Les Trois petits vieux qui ne voulaient pas mourir, ils ont pu assister à une pièce tendre et poétique qui les a fait rire, sourire et s'émerveiller.

Raphaël Calendreau et son accordéon ouvrent la pièce. Le musicien déambule sur scène, s'approche du public, distillant de petites notes douces. Puis, il s'assoit dans une sorte de grand tiroir son fond placé debout et éclairé par une petite ampoule. A quelques pas de lui, trois hommes ronflent. Bientôt ils se réveillent, s'habillent et prennent leur petit déjeuner. Les tranches de pain, les pots de confiture, les tasses sont symbolisés par des photos. Il y a Ernest qui porte une perruque et une robe de chambre bordeaux, Désiré et son bonnet de nuit bordeaux et Stanislas, le chauve à lunettes en écailles qui porte un gilet bordeaux. C'est une journée ordinaire qui commence. Mais le quotidien est bousculé quand les amis s'aperçoivent qu'ils ont reçu une lettre. Point de facteur pour l'apporter, celle-ci arrive par la voie des airs, suspendue au bout d'une canne à pêche. "Votre vie est finie. Toutes les journées ont été utilisées, il n'y a rien à faire. Sincères salutations", annonce-t-elle. Stupeur, que signifie ces propos ? Qui a bien pu les envoyer ? La mort ? Pour les trois compères, pas question de se laisser aller. "Nous allons vivre éternellement", s'exclament-ils chacun leur tour. Ils en profitent alors pour imaginer toutes les aventures qu'ils n'ont pas pu vivre :  faire du chameau au triple galop dans le désert, rencontrer des pirates en pleine mer... "Aujourd'hui, c'est une journée particulière", répètent-ils. 

Bien sûr le thème principal reste grave. "Mourir ce n'est pas partir en vacances" rappelle Ernest à Désiré qui préparait ses bagages. "Ce n'est pas facile de mourir" lui répond-il un peu plus loin. Mais dans Les Trois petits vieux qui ne voulaient pas mourir tout est pris à la légère. Les trois comédiens, pas vieux du tout, rendent les personnages touchants et attachants. 

La musique tient aussi une place très importante dans la pièce. Au détour d'une histoire, les amis n'hésitent pas à entonner une petite chansonnette. Raphaël Calendreau, omniprésent, accompagne musicalement toute l'histoire grâce à son accordéon, à son petit xylophone et à ses autres instruments. Cette mise en scène originale et poétique plaît particulièrement aux enfants. Rien n'est caché. Par moment, un assistant, visible mais situé hors scène, passe un cadre en bois à un comédien qui l'utilise pour créer une nouvelle fenêtre. Comme s'il s'agissait d'un nouveau cadrage ou d'un plan cinématographique.

Les enfants qui étaient dans la salle sortent conquis. Autour d'un goûter offert par le festival, ils peuvent même rencontrer les comédiens. Et pour la plupart, ils demandent déjà à revenir.
Juliette CELLO (Paris)

Spectacle jeune public
Compagnie Babel 95
Mise en scène Julien Feder
Avec André Antébi (Stanislas), William Prunck (Désiré), Zohar Wexler (Ernest) et Raphaël Calendreau (musicien)
Assitant à la mise en scène : Guillaume Riant
Texte de Suzanne Van Lohuizen
Durée 50 minutes.

Du mercredi 25 au dimache 29 juillet, 15h00, à Vitry-sur-Seine dans le cadre du festival "Nous n'irons pas à Avignon".
Partager cet article
Repost0

commentaires

Chronique Fraîche