Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

27 juillet 2007 5 27 /07 /juillet /2007 11:27
GRAVÉ POUR TOUJOURS

Inspiré du percutant univers de « Mephisto », de Klaus Mann, Guy Cassiers et Tom Lanoye livrent ici une œuvre magistrale, portée par des comédiens inspirés. L’utilisation intelligente de la vidéo amplifie encore l’ensemble, lui conférant grandeur et sublime.


Pour ce travail, le vidéaste et metteur en scène anversois Guy Cassiers s’est entouré d’une solide équipe. Son dramaturge et écrivain, Tom Lanoye est bien connu des milieux artistiques et performatifs néerlandophones. Il s’est inspiré de l’œuvre romanesque de Klaus Mann, traitant de la délicate question de la tenue des engagements, tant politiques qu’artistiques sous l’Occupation. L’œuvre dépasse la simple époque de l’Allemagne en guerre, puisque ce sujet peut faire écho en chacun de nous, à l’heure de poser des choix. Qu’en est-il de nos idéaux, de nos utopies. Si nous les clamons haut et fort, les tenons-nous toujours ?

mefisto-forever.jpg
L’écriture oscille entre contemporanéité et classicisme, ce qui confère à l’ensemble une intemporalité questionnante. Outre l'écrivain, il faut citer les acteurs dont les performances scéniques sont exceptionnelles. La rigueur du jeu flamand n’est pas sans rappeler celle des acteurs allemands ou russes. Un jeu subtil, d’une technique parfaite, permettant à toute la palette des sentiments et des sensations de se déployer, servant au mieux un texte fort. Rien n’est verbeux ici, même si l’écriture est au centre de l’œuvre.

Cela tient sans doute aussi à l’intelligente complémentarité des moyens vidéo. Moment de grande jouissance de spectatrice lorsque, du politicien fasciste placé à l’avant-scène pour prononcer son dicours, l’on peut voir, comme une série de menace répétées à l’envi, son portrait filmé se démultiplier derrière lui… [voir photo] Si ces derniers temps, il est de bon ton de critiquer l’utilisation systématique de la technologie sur scène, sa présence ici confère toute sa dimension tragique et poétique à l’œuvre.

Œuvre magistrale et  interrogative, porté par des comédiens engagés, le spectacle est tout entier à l’image de son metteur en scène. Guy Cassiers veut un théâtre qui interroge sa cité, son public. Dans sa ville d’Anvers, engluée par la montée effrayante de l’extrême-droite, il est encore davantage essentiel de mettre tout en œuvre pour dénoncer, encore et toujours, le fascisme, l’intégrisme, mais aussi les causes de cette ascension. Dénoncer la non-action, le potentiel destructeur par omission que nous avons tous en nous. Guy Cassiers s’est donné les moyens de l’Art pour cette dénonciation. Alors, sans doute, il répond à son envie la plus profonde, lui, qui souhaiterait plus que tout « un théâtre qui, comme une pierre qui fait des ronds dans l’eau, émeut la vile, le pays et le monde et s’en laisse émouvoir ».

Isabelle PLUMHANS
www.ruedutheatre.info

Mefisto for ever
De Tom Lanoye et Guy Cassiers
Du 17 au 24 juillet 2007 au Théâtre Municipal d’Avignon, à 21h30
Du 12 au 15 septembre 2007 au Bourla (Anvers, Belgique)
Les 7 et 8 septembre 2008 au festival de Théâtre d’Amsterdam (Pays-Bas)

Photo © Christophe Raynaud de Lage

Partager cet article

Repost0

commentaires

Chronique Fraîche